Pour obtenir une capacité spéciale / un don,
vous devez en faire la demande avant d'écrire votre fiche ici.
N'hésitez pas à voter toutes les 2 heures !

Partagez | 
 

 lights will guide you home ✢ JA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
order of the phoenix


avatar

› inscription : 06/08/2014
› hiboux postés : 141


MessageSujet: lights will guide you home ✢ JA   Ven 5 Sep - 19:23


campillo & weverell
lights will guide you home





« Ambre ?... » Elle secoua la tête. « Allez-y sans moi. »L'autre continua de l'interroger du regard, et elle réalisa qu'elle devrait peut-être fournir une excuse. « Je suis un peu fatiguée. » Ce n'était pas un mensonge, en soi. Mais la vraie raison, c'était qu'elle n'avait pas le cœur à passer une autre nuit à se bourrer la gueule avec les Canons, probablement dans un bar pourri. Pas ce soir-là. Elle voulait avoir l'air un peu plus responsable, et pour ça, il ne fallait pas qu'elle se conduise comme une adolescente. Il fallait qu'elle essaye un peu, pour une fois. Le vestiaire se vida très vite, et le silence tomba dans la petite pièce comme une enclume. Ambrosia retira sa robe de Quidditch, ses protections de cuir. Elle enfila ses vêtements de ville et s'étira comme un chat, muscle par muscle, les yeux fermés. La fatigue se faisait sentir jusque dans ses os. Elle glissa une main dans la poche de son manteau et en sortit trois bagues dorées qu'elle enfila sur ses doigts de lait, avant de sortir du vestiaire. Elle traversa une suite de couloirs vides avant de gagner la rue. Londres. Elle n'y avait pas toujours vécu; elle avait grandi dans une petite ville, au bord d'une forêt. Elle pensa à son père. Et puis elle pensa à la forêt, à cette nuit où elle avait senti l'innocence pulvérisée, les crocs dans son épaule, la peur la plus intense qu'elle ait jamais ressentie, la pire nuit de sa vie. Comme toujours cette pensée lui tordit la poitrine et elle ferma les yeux, juste une seconde, pour que ça passe. Elle glissa ses mains dans les poches de son manteau. Sa respiration créait des petits nuages de vapeur dans l'air froid. Les talons de ses bottes claquant sur le trottoir, elle se fraya un chemin parmi la foule de sorciers sortant du travail. Ce qu'elle aimait, chez tous ces gens, c'était qu'ils étaient tous différents. Là où les moldus étaient tous pareils. À ses yeux, du moins. C'était sûrement stupide de sa part. N'empêche, les moldus la mettaient mal à l'aise. Alors elle évitait les quartiers où ils étaient majoritaires. Surtout qu'ils avaient tendance à se retourner sur son passage, observant d'un œil désapprobateur ses vêtements de sorcière. Elle détestait qu'on la regarde, et surtout pas avec l'air de vouloir lui donner des leçons. Et surtout pas des vieux types avec des pulls moisis et de grosses moustaches grasses qui croient savoir tout sur tout. Elle secoua la tête et entra dans un petit bar-hôtel dans lequel elle avait l'habitude d'aller seule. La devanture était en bois noir, et quelques dorures couvertes de poussière faisaient office de décoration. Elle s'engouffra à l'intérieur, aussitôt submergée par la chaleur d'un feu de bois qui lui rosit instantanément les joues. Elle ignora les regards de ceux qui, à seulement huit heures du soir, étaient déjà près de vomir leur tripes sur la table. Elle trouva une petite table dans un coin, contre une fenêtre rendue opaque par une fine couche de givre. Une serveuse apparut comme par magie, un sourire un peu stupide plaqué sur le visage, et Ambrosia réfléchit un instant. « Du thé, s'il-vous-plaît. Noir. » Sa commande arriva peu après. De légères volutes de fumée s'échappaient de la tasse et Ambre resta un instant à les observer, complètement immunisée à ce qui pouvait se passer dans le reste du bar. Elle remonta quelques mèches de ses cheveux avec une pince.  Chacun de ses mouvements était lent, doux, on sentait qu'elle avait tout son temps. Elle se pencha pour souffler sur la surface de son thé en espérant le refroidir pour le boire plus vite. Puis, reculant de nouveau contre son dossier, elle laissa ses pensées vagabonder. À tout, mais surtout rien. Évidemment il y avait toujours cette pensée, celle de la fameuse dernière lune. Mais elle ne voulait pas s'embourber là-dedans. Il fallait penser à autre chose. Elle suivit des yeux une fille plutôt maigre s'engouffrer dans les escaliers avec un homme. Ils allaient visiblement occuper l'une des chambres à l'étage pour quelques temps. Ambrosia se remit à souffler sur son thé. C'était bon aussi, de pouvoir être là, d'avoir tout le temps et rien à faire. Sans que personne ne vienne la déranger.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deatheater


avatar

› inscription : 26/08/2014
› hiboux postés : 67


MessageSujet: Re: lights will guide you home ✢ JA   Jeu 11 Sep - 20:21



Jàck reposa doucement la fleur qu'il avait cueilli quelques instants plus tôt. Les gens d'ici auraient mal pris qu'il la conserve. Non pas qu'il craignit les visages rougeaud des campagnards, mais il n'avait pas particulièrement de temps à perdre en explications avec les arriérés de campagne du coin. Et puis, ils auraient déjà pas mal à faire en "nettoyant" la grange qu'il quittait. Le fermier avait fini par énoncer gentiment ce qu'il savait et par avouer qu'il complotait contre le maître. Étais-ce des aveux sincères ? Vu ce que le Campillo lui avait collé dans la poire, l'honnête travailleur aurait probablement hurlé être l'assassin de Lady Di si cela avait pu abréger ses souffrances. Le Mangemort trempa ses poings maculés de sang dans un abreuvoir métallique, frottant ses mains et observant le sang séché se détacher de ses membres et se diluer dans l'eau un peu trop fraîche à son goût. Le soleil se couchant rapidement, il accéléra pour atteindre le corps de ferme, oubliant plusieurs traces de sang sur ses avant-bras, et saluant en entrant d'un geste de la main la ménagère, clouée au sol de la cuisine et bâillonnée par des sorts trop puissants pour une femme mûre vivant depuis trop longtemps loin de la magie. Une fois dans le bureau, après avoir enjambé les corps des enfants assoupis ou assommés, il rédigea son rapport à l'attention du maître. Enfin d'un de ses "secrétaires" probablement.

Alors que le hibou s'envolait rapidement, Jàck s'éloigna des bâtisses afin de transplaner tranquillement. Il avait besoin d'un verre. Non pas qu'il puisse se sentir mal, tirant doucement sur son cigarillo pour fêter ses résultats. Sa victime était un sang-de-bourbe et puis... chaque fois qu'il revenait d'une descente dans ce genre d'enfer, cela le confortait dans sa mission. Mais l'alcool l'aiderait quand même à dormir, vu ce qu'il avait vu dans la salle principale. Des portraits de héros communistes, assez pour lui faire faire des cauchemars toute la nuit. Cela n'avait pas aidé au supplice de Joshua, dont le cadavre brisé et ensanglanté pendait par la cheville dans la grange. Au moment de changer d'endroit, le Campillo hésita. Quel rade allait-y visiter ? N'ayant pas trop envie de se taper Cassandre ce soir, il décida de choisir au hasard. Il transplana donc dans l'arrière boutique d'un vendeur de potions ayant fermé depuis quelques années.

Une fois sur place et après avoir vérifié la pièce, régulièrement squattée par des déchets des rues et autres toxicos, il approcha d'un vieux miroir endommagé, vérifiant son allure. Jean bleu usé et un partiellement endommagé, rentré dans des bottines noires brillantes, qu'il nettoya de quelques gouttes sanguinolentes qui les clairsemaient. Sa chemise par contre était foutue, et il la retira avant de la rouler en boule et de la jeter dans un coin. Il enverrait son elfe de maison, Falric, la chercher et la nettoyer. En dessous, il ne lui restait plus qu'un marcel kaki, mettant en valeur un torse musclé, qu'il recouvra de son blouson de cuir noir des années 80. Jàck se recoiffa rapidement avec un peigne, se donnant un air présentable, oubliant les traces de sang de ses bras. Quelques trainées sinistres et coagulées, prenant une teinte noirâtre.

Non ce soir, je ne veux pas d'une fille, décida t'il en allumant un autre bâtonnet de tabac. Les rues sentaient la crasse, la transpiration, Londres la sinistre, là où les rêves venaient pour mourir. Pour une fois, il évita donc les petits culs fermes et les rebondis, les chevelures soyeuses et les sourires tentateurs. Il fit une première pause dans une boulangerie, se chargeant des viennoiseries, puis reparti le colis à la main, en voulant changer ses idées. C'est ainsi qu'il se retrouva dans un établissement loin d'être aussi miteux que là où il picolait habituellement. La température intérieure le força à se débarrasser de son blouson, le posant sur le comptoir devant lequel il était assis. Les lueurs des flammes créaient d'étranges ombres lugubres sur les cicatrices parcourant ses épaules, le haut de son bras droit et la partie du dos visible avec le débardeur. Des souvenirs de sa jeunesse, d'autres obtenues au service de la vraie cause.

Un whisky lui fut rapidement servi et il avala avec délectation la première goulée, comme des retrouvailles attendues avec un ami longtemps éloigné. C'est alors qu'une silhouette bien connue entra dans le bar. Ambrosia... Sa préférée de l'ordre, la seule qu'il ne pouvait imaginer toucher. Là où lui était tout en muscle, elle semblait aussi douce qu'innocente, presque parfaite avec son regard perdu. Aucune urgence dans ses mouvements, comme si le monde ne tournait pas à la même vitesse qu'elle. Jàck avala la fin de son verre et en commanda un autre, avant de se lever et de s'approcher d'elle qui soufflait sur sa tasse de thé. Un sourire attendri s'afficha sur le visage de Jàck. Oh, elle ne lui plaisait pas, enfin pas dans ce sens là en tout cas. Mais il était quand même capable de casser des gueules à ceux qui la toucheront. Un peu comme une petite sœur, mais sans les défauts. Le Mangemort hésita, planté devant la table, avant de la déranger. Elle était mystérieuse, et pourtant, particulièrement amusante. Finalement, le Campillo se décida d'y aller franchement et s’assis face à elle avec un petit "Wouf" provocateur, étais-ce juste un soupir ou un clin d’œil vis à vis de ce qu'il savait ? Sans attendre de réponse, il déballa son petit paquet et attrapa un petit gâteau :

Bonjour m'dame l'agent de l'ordre, je suis venu me rendre aux autorités compétentes. Mais avant tout, j'ai les.. crocs. Un sablé aux fraises, ça te tente ?

C'était un peu sa façon de lui dire bonjour, le tout déclamé dans un grand sourire espiègle. Il ne fallait pas s'y méprendre, il était content de la voir, c'était presque... rafraîchissant.

Dis moi ma belle, tu tiens la forme ? Qu'est-ce que tu fous ici toute seule ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
order of the phoenix


avatar

› inscription : 06/08/2014
› hiboux postés : 141


MessageSujet: Re: lights will guide you home ✢ JA   Ven 12 Sep - 17:06


campillo & weverell
i'll tell you my sins and you can sharpen your knife





« Wouf. » Ambrosia leva la tête et ouvrit grand les yeux. Campillo. Jack. Était-ce seulement lui? Déjà qu'il représentait à ses yeux une effraction de la réalité. Un garçon – un homme, plutôt – plein de contradictions, et qui pourtant à ses yeux était juste lui. Elle n'avait jamais réellement formé ces mots dans sa tête, mais au fond elle l'aimait bien. Elle l'avait toujours bien aimé. Bien avant qu'il devienne ce qu'il était. Il y avait toujours eu quelque chose entre eux – oh, rien de sensuel, aucun désir. Mais quelque chose. Elle le dévisagea sans savoir trop quelle attitude adopter, peut-être parce qu'après tout la dernière fois qu'elle l'avait vu sa baguette lançait des rayons verts, ceux qui tuent. Elle aurait dû se lever, ou froncer les sourcils, enfin avoir au moins la décence d'avoir un moindre mouvement de recul. Elle faisait partie de l'Ordre à présent. Mais non. Elle ne bougeait pas parce qu'elle ne pouvait pas le mépriser. Elle voyait un tout jeune garçon en robe noire, un écusson brodé d'un serpent d'argent collé sur la poitrine. Elle le voyait sourire à une petite fille toute brune, dont la cape était cette fois ornée ornée d'un lion d'or. Elle n'avait jamais compris pourquoi il s'était intéressé à elle, mais jamais elle n'avait essayé de l'effacer de sa vie. Il était toujours là, dans un coin, avec ce sourire un peu con qui la ferait presque rire. Ce petit garçon qui était passé d'un écusson brodé à un tatouage sur l'avant bras, si vite. Elle ne l'avait même pas vu changer. Alors pourquoi ne partait-elle pas? Peut-être que pour elle rien n'était noir ou blanc. Qu'elle faisait confiance à son instinct, et que son instinct lui murmurait que Jack ne lui ferait jamais de mal, jamais, et que pour ça, elle devait rester. Un sourire naquit et s'élargit sur ses lèvres. « Jack... » Elle pensa soudain au Wouf qu'il avait prononcé en s'asseyant, et une légère bouffée de chaleur l'envahit. Il fallait vraiment qu'elle arrête d'être parano comme ça. Elle fixa les doigts rugueux de Jack qui défaisait un petit paquet de boulangerie. « Bonjour m'dame l'agent de l'Ordre, je suis venu me rendre aux autorités compétentes. Mais avant tout, j'ai les crocs. Un sablé aux fraises, ça te tente ? » Les crocs. Ces mots la gênèrent aussitôt et elle faillit secouer la tête pour chasser l'idée noire mais se reprit à temps. Elle se contenta plutôt d'un sourire. « Volontiers. » Elle tendit la main et se saisit d'un des sablés, les flammes de la cheminée se reflétant à l'intérieur de ses bagues dorées. Elle cassa un morceau du sablé entre ses doigts et le glissa entre ses lèvres sans quitter Jack des yeux comme si elle avait du mal à croire que c'était vraiment lui. Pour n'importe qui d'autre il était méconnaissable. « Dis moi ma belle, tu tiens la forme ? Qu'est-ce que tu fous ici toute seule ?  » On trouverait sûrement ça bizarre. Un Mangemort s'inquiétant pour une membre de l'Ordre. Mais Ambrosia ne songea même pas à vérifier que personne de sa connaissance n'était dans les parages. C'était juste normal. Et à la fois si bizarre. Si contradictoire. « D'habitude je reste avec les Canons le soir. » Elle souleva sa tasse de thé et en avala une gorgée. Elle fit une petite grimace au passage – c'était encore trop chaud. « Mais pas ce soir. Pas envie. » Elle haussa les épaules. « Avec la Coupe qui approche j'ai peu de temps à moi. » Ses mots étaient légers, banals, mais elle le regardait avec une telle intensité qu'ils en semblaient presque lourds. « Enfin je ne t'apprends rien. Tu dois être très occupé toi aussi. » Aucune trace de sarcasme ou de reproche. Juste un fait, sans aucune émotion pour venir l'enrober. Elle avala une nouvelle gorgée de thé. « Mais, oui, je tiens la forme. Tout va à merveille » Le sarcasme était à peine perceptible. Elle n'était pas du genre à se plaindre, de toutes façons. Elle n'avait jamais cru que la vie lui devait tout, puisqu'elle n'avait jamais reçu grand chose. Oh il y avait bien des choses qui lui faisaient plaisir, lui faisaient entrevoir une brèche vers quelque chose qui ressemble à du bonheur, mais la plupart du temps elle ne se faisait pas d'illusions. Non loin d'eux une serveuse déposa un verre de whisky-pur-feu sur la table d'un homme emmitouflé dans une cape noire qui s'était endormi profondément sur ses bras, sûrement suite à quelques verres. Ambre sortit sa baguette sous la table et fit léviter le verre jusqu'à-ce-qu'il aille se poser juste devant elle. Ignorant la tasse de thé qu'elle avait initialement commandé, elle goûta le whisky du bout des lèvres. « Et toi? Tout vas bien? » L'alcool descendit agréablement dans sa gorge, réchauffant aussitôt ses entrailles.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: lights will guide you home ✢ JA   

Revenir en haut Aller en bas
 

lights will guide you home ✢ JA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Light will guide you home [Eydan]
» [Guide] Le charpentier
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» [Guide]Le prestige
» coulisseau et son guide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RISE AND FALL :: no place like london :: le chemin de traverse :: la restauration-