Pour obtenir une capacité spéciale / un don,
vous devez en faire la demande avant d'écrire votre fiche ici.
N'hésitez pas à voter toutes les 2 heures !

Partagez | 
 

 safe and sound? (Cian & Myra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
order of the phoenix


avatar

› inscription : 01/08/2014
› hiboux postés : 944


MessageSujet: safe and sound? (Cian & Myra)   Mer 20 Aoû - 20:03

Les masques, les sortilèges, la panique, les cris, les blessés. Tout était passé si vite, Myra n'avait pas eu le temps de calculer ce qu'il se passait qu'elle devait lancer des sortilèges à ceux de l'autre camp. Ceux de l'autre camp qu'elle devait connaitre, des connaissances, des anciens camarades de classes, des amis. Voilà ce qui se passait quand on avait passé sa scolarité à Serpentard et qu'on avait rejoint l'ordre du phénix, on se retrouvait à se battre contre ceux qu'on avait aimé et qu'on aimait potentiellement toujours. Et maintenant? Après l'attaque de Gringotts, le calme n'était pas revenu comme on aurait pu l'espérer. Les blessés se sont entassés dans l'hôpital pour sorcier et l'hôpital est bondé de victimes. Myra parcourent les lits de l'hôpital à la recherche d'un visage, d'un seul visage. Il n'a rien pu lui arriver, elle ne veut pas le croire, elle ne veut pas le croire. Comme si la vie n'était pas suffisamment dur ces temps-ci. Et puis, elle le voit, avec son air de, hum, qui n'apparient qu'à lui. Quand elle ferme les yeux, elle se dit qu'ils sont frère et soeur mais quand elle les ré-ouvre et retourne à la réalité, elle reéalise à son plus grand malheur que son frère est Edern Londubat, ce type qu'elle n'a jamais pu supporter. « Cian! Cian! Cian! » Elle court à côté des lits et le prend - presque brutalement - par les épaules. Il a l'air d'aller bien, aucune blessure, la pupille pas dilatée. « T'étais passé où? Ca fait une heure, voire deux que je te cherche partout. J'avais peur qu'il te soit arrivé un truc. » Elle retourne à un patient, à quelques mètres de Cian. C'est dingue ce qu'un bout de bois peut faire, c'est vraiment dingue. Les sorciers se croient meilleurs que les moldus mais ils peuvent faire tout autant de dégâts, si ce n'est pas plus. Tout ça pour pas grand chose à la fin. « Tu as reconnu des personnes derrière les masques? J'arrêtais pas de me demander qui était derrière tel ou tel masque. » Cian s'est peut-être demandé derrière quel masque se cachait son ex-femme. Myra, elle, a détesté devoir se battre ainsi sans savoir contre qui. La plupart des Serpentard deviennent des mangemorts, tout le monde sait ça, bien qu'ils existent des Gryffondorsqui ne sont peut-être pas atterri dans la bonne maison - comme le frère de Myra -. Et la guérisseuse a été envoyé à Serpentard donc elle connait une partie de ces mangemorts, qui sont - aujourd'hui - devenus ses ennemis par le camp qu'ils ont choisi. Elle déteste y penser mais comme une bonne partie des Serpentards lui a fait passé de sales moments durant ses premières années à Poudlard, on peut dire que c'est mérité, qu'ils méritent qu'elle se venge, sauf qu'elle n'est pas comme ça, elle n'est pas rancunière, elle n'est pas une folle qui veut tuer tout le monde - sauf Edern mais il ne compte pas - mais elle sait que les mangemorts - ces anciens camarades de classe donc - n’hésiteront pas à la tuer comme s'ils ne s'était jamais connus. Alors, Myra fait de même, elle lance des sortilèges en oubliant sur qui. Elle lance un regard à Cian. C'est la merde. Elle ne sait pas quand exactement elle s'en est rendue mais c'est la merde et ça ne l'a probablement jamais autant été. « Tu sais, tous les mangemorts devaient être là-bas. Je veux dire vraiment tous, tous. » Tous, aucun n'a dû rater le rendez-vous et c'est peut-être ce qu'il y a de plus effrayant. Tel que Myra pense les connaitre, elle dirait qu'ils recommenceront. Ce sont des mangemorts, ils ont choisi leur camp, ils ont choisi de terrifier. Un choix qu'on peut ne pas comprendre, guidé par leur conviction et parfois, par leur cruauté. « Dyan y compris. » Dyan Zabini est tout le contraire de Myra Londubat, il est plus que difficile de leur trouver des points communs, c'est impossible. Le fait que Dyan fasse partie des mangemorts n'est rien à côté des raisons qui poussent Myra à la détester. L'ex-femme de Cian a trompé son - ancien - époux avec le frère de sa meilleure amie, c'est-à-dire Myra. Elle n'est pas tombée amoureuse d'un mec plein de bonté et pour lequel on ne pourrait pas lui en vouloir d'avoir couché avec, elle n'est pas tombée amoureuse du frère de Myra, elle a couché avec Edern parce qu'il était là, ce n'est pas un mec plein de bonté. Sans exagérer, c'est le mec le plus détestable qu'il puisse exister. Myra ne sait pas si Cian va continuer sur le sujet de Dyan. Myra l'a vue à Saint-Mangouste une fois, venue pour parler à Cian et ils ont parlé. La Londubat ignore toujours de quoi. Elle aimerait savoir mais aimerait aussi que Cian en parle sans qu'elle est à le lui demander.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
neutral


avatar

› inscription : 06/08/2014
› hiboux postés : 156


MessageSujet: Re: safe and sound? (Cian & Myra)   Jeu 21 Aoû - 1:33

Safe and sound ?
Myra & Cian


Une poignée d'heures s'était écoulée depuis que le dernier sortilège assassin avait été propulsé vers son adversaire. J'avais été présent durant toutes ces scènes habillant cette bataille morbide, injuste, effarante. Je m'étais retrouvé piégé, innocent, m'étais senti pendant un moment presque hors de ma propre personne. Non pas par haine, mais par le ridicule de la situation. Qu'est-ce qui m'avait bien poussé à me rendre à Gringotts, à cette heure fatidique ? Pourquoi avait-il fallu que j'impose cette encoche à mon emploi du temps afin que le destin me fasse participer à cette mascarade hideuse, odieuse ? Je me remémorais la bagarre dans les moindres détails, celle que les gens, blessés, témoins, membres du personnel de Sainte-Mangouste avaient déjà baptisée la « bataille de Gringotts ». Un frisson parcourait inlassablement mon échine à ce titre, car il rendait les événements non seulement encore plus réels, mais également plus déterminants. Épris d'un pessimisme sans relâche, je ne pouvais m'empêcher de me demander si « la bataille de Gringotts » serait celle que les étudiants apprendraient dans des centaines d'années pour énoncer la chronologie d'une guerre infâme entre sorciers qui déchira tous mages sans merci, cela pour des différends d'idéaux.

Dès que la poussière était retombée sur l'estrade chaotique de cette première part de guerre, j'avais saisi ma protégée pour transplaner vers Sainte-Mangouste. Il m'était incapable de demeurer sur ces lieux plus longtemps. J'avais véhiculé de corps en corps, me sentant telle la Faucheuse à constater qui je pouvais aider et pour quoi j'arrivais trop tard. Et désormais, je me rappelais inlassablement comment là-bas, une paix auparavant, un certain courage frénétique m'avait saisi. Soudainement, c'était comme si j'avais déniché ma place, m'étais trouvé une nouvelle vocation, avais été là où il le fallait afin d'orienter mon existence. Tandis que je comptais les sorciers, bons comme mauvais, attaquants comme défenseurs, sombrer, je me répétais que c'était ça, mon rôle : tous les soigner. Je demeurais un McLaggen, l'héritier de cette famille d'éternels d'opportunistes.

Et c'est ainsi que mes pieds percutèrent le sol limpide de l'hôpital des sorciers. Je perdais Liesa de vue, pour me plonger tout entier dans cette marée de pleurs, de cris, de plaintes. J'y étais emporté comme un vulgaire débris, et je sentais la misère des autres sorciers m'enlaçait sournoisement, tandis que je ne pouvais m'empêcher de revoir ces scènes si fraîches dans ma mémoire. Dyan, Myra. Elles repassaient en boucle. Le mouvement de ma meilleure amie afin d'éviter un sortilège brutal d'atteindre à ma vie. La position de Dyan, parmi les mangemorts, lever sa baguette contre des sorciers qu'elle s'affichait désormais contre. Mon ex femme n'avait jamais été mangemort, sa famille l'avait été. Cette famille à qui elle avait tourné le dos au nom de notre amour. J'étais incapable de me souvenir de quelconque discussion durant lesquelles la Zabini m'aurait fait part de son désir de s'allier aux lords noirs. J'étais impartial, j'étais neutre dans ce conflit, et bien que je jouissais du fait que Dyan partageait cette neutralité durant notre vie commune, je doute avoir forcé la jeune femme à ne pas prendre partie. J'espère ne pas avoir inhibé ses choix politiques, comme je semblais avoir banni une bonne quantité de ses capacités à m'avouer ses sentiments.

Je passais une main sur mon visage, alors que mon nom se répétait à plusieurs reprises, telle une cloche qui m'invoquait à la réalité. Bien vite, je me redresse, une pression s’exerçant sur mes épaules, et reconnaît d'emblée le visage de ma meilleure amie. Un soupire de soulagement file entre mes lèvres, qui s'étirent en un sourire soulagé. « T'étais passé où? Ca fait une heure, voire deux que je te cherche partout. J'avais peur qu'il te soit arrivé un truc. » J'extirpe ma baguette magique alors que je m'installe auprès d'un lit, analysant une plaie béante sur le bras d'un patient alité. « Moi aussi, Myra, moi aussi. J'étais à Gringotts, voir qui je pouvais encore aider. » J'ai l'impression que mes propos sont superfétatoires, qu'ils ne représentent même pas grand chose en eux-même. Mais par Merlin que j'avais eu peur pour elle. Durant ces moments fatidiques de combat, mon regard avait jonglé entre la jeune Londubat, Liesa, puis mon ex femme, cette dernière bien malgré moi. J'avais même craint apercevoir sa silhouette, sur ce sol sale inspirant le dédain de la guerre. « Tu vas bien ? Tu t'es pas blessée ? » Je me faufile entre deux groupes de personne, ramenant un patient à son lit avant d'articuler quelques sorts qui devraient lui permettre de ne pas sortir de ses gonds à nouveau. « Tu as reconnu des personnes derrière les masques? J'arrêtais pas de me demander qui était derrière tel ou tel masque. » Je lève le regard vers mon interlocutrice. Honnêtement, je n'avais prêté aucune importance à ces mages masqués. Il me semblaient presque irréels, des hommes lâches ou uniformes sortis de nulle part pour réduire le précieux lieux des gobelins en ruines. Je soufflais un simple « non » entre deux sortilèges, me gardant de lui dire que j'étais bien trop occupé à veiller du regard ceux que je connaissais. Et puis, j'étais neutre, c'était triste à dire, mais mangemort ou ordre du phénix, je n'y accordais nulle importance. A mes yeux, il y avait eut les victimes qui s'étaient trouvés piégées dans ce massacre malgré eux puis les sorciers singuliers qui militaient contre l'attaque des bêtes noires masquées, toutes plus ou moins identiques.

 « Tu sais, tous les mangemorts devaient être là-bas. Je veux dire vraiment tous, tous. » Je tentais de croiser le regard de ma meilleure amie, essayant de décrypter ce qu'elle voulait entendre par cette intégralité de mangemort présente sur les lieux. Stupidement, je pensais qu'elle voulait m'évoquer des stratégies de guerre, comme quoi ils n'étaient pas tant que ça. Que les membres de l'Ordre étaient plus nombreux. Que surmonter l'attaque des mangemorts s'avérerait chose aisée pour eux.
Au lieu de ça, mon cœur se stoppa, une lourde pierre sombra dans mon estomac, à l'image de Liesa qui s'était abattue sur le sol avant de se tortiller de douleur. « Dyan y compris. » Je me mordais discrètement la lèvre inférieure, me concentrant à attribuer des soins urgents à un blessé nouvellement arrivé. Quelques minutes s'effondrèrent entre nous, durant lesquelles je cherchais la réponse parfaite, la solution magique à ce sujet de conversation abordée par Myra. La fuite idéale.

Cela faisait deux mois que je présentais le statut de divorcé. Deux mois que je l'avais surpris, dans les bras de son frère, à souiller notre lit conjugal. Le lit que j'estimais m'être réservé. Duquel j'étais stupidement convaincu être le seul à y pénétrer en sa compagnie. J'avais refusé de lui parler, même pour les démarches de séparation. Je m'étais évertué à tenter de faire un trait sur elle, à l'oublier. Car lui pardonner était impossible, car le contraire de l'amour n'était pas la haine mais l'indifférence. Elle ne devait posséder plus aucun pouvoir sur moi, pour que je puisse l'annihiler de ma mémoire. Mais ma mémoire luttait, inlassablement. Chaque nuit, elle me saisissait de plein fouet, me ressassant ces souvenirs heureux, acides, déprimants, effarants. C'était aux côté de ces souvenirs cruels dans leur véracité des événements que je me couchais, chaque nuit, pour la voir s'écourter de nombreuses heures, jusqu'à ce qu'une trêve divine s'annonce et que Morphée prenne le relaie pour ne m'offrir que des cauchemars. Les cauchemars de la perdre. Alors que je l'avais déjà perdu. Puis je me réveillais en pleine nuit, ou au petit matin, la recherchant, encore. Oubliant que je dormais désormais seul, que mon ancienne vie n'était plus.

« Je l'ai vue. » finis-je par prononcer. Je fuis son regard. « J'ai vu Dyan. » précisai-je. J'avais eu tellement de mal à annoncer la nouvelle de mon divorce à Myra. J'avais tant désiré que personne le sache, comme si je voulais m'enfermer dans une folie qui serait mienne, comme si je voulais mettre ce divorce dans une case étanche de ma mémoire qui me persécuterait uniquement dans mes moments de solitude, et lorsque je rencontrerai quelqu'un de mon entourage, ma vie serait exactement à l'identique de l'existence que je partageai avec la Zabini. « Elle n'était pas masquée. » Comme si cela pouvait adoucir les faits. Je me sentais tel un gosse élaborant les côtés positifs du fait pour ne pas se faire gronder par sa mère, ne pas se faire violemment remettre les pieds sur Terre. Dyan était une mangemort. Pourtant, j'étais incapable de l'accepter. Je devrais le pouvoir, mais je n'en trouvais pas les moyens. Comme je ne pouvais pas lui pardonner. Sans doute avais-je trop peur du changement. Sans doute avait-je trop peur du passé. Étais-je coincé dans cet espace-temps vicieux ? Fuyant le passé, incapable d'affronter l'avenir, m'encombrant de tant de souvenirs que je restais cloué sur place, épuisé, écrasé ? Je lève les yeux, divers ustensiles de soins dans les mains. « Elle lançait des sorts, elle attaquait. » Je déglutis. « Elle ne voulait pas être mangemort, avant. » Tu crois que c'est à cause de moi ? Tu crois que c'est ma faute, tout ça ? Tu crois que j'ai provoqué le divorce, Myra ? Tu penses que j'étais un si mauvais mari, trop égoïste, à n'avoir rien vu venir ? Je m'occupais trop de moi, c'est ça. Je l'ai perdue de vue, je ne sais plus qui elle était, qui elle est. « Tu crois qu'elle a toujours voulu être mangemort ? » La question avait passé mes lèvres clandestinement, si bien que je trésaillai légèrement, puis me concentrais sur une autre blessure. « Non, tu n'as pas besoin de répondre à ça. » Parce que je ne veux pas te faire voir toute ma souffrance, parce que je suis entêté à la voiler, la ronger dans la nuit, sans jamais appeler à l'aide, sans jamais exorciser quoi que ce soit. Parce que je veux pas envahir ton bonheur par mes nouveaux démons. Parce que je ne veux pas en avoir de nouveaux, aussi, car j'en ai déjà bien trop. Je ne veux pas savoir, ne me dis rien. « Tu as des nouvelles d'Evander ? Il n'était pas sur les lieux, il va bien ? » Tentative désespérée de fuite de la réalité. Encore.

Code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
order of the phoenix


avatar

› inscription : 01/08/2014
› hiboux postés : 944


MessageSujet: Re: safe and sound? (Cian & Myra)   Dim 24 Aoû - 12:08

Myra ne sait pas combien de temps elle est restée à la banque des sorciers, après l’incident, à la recherche de Cian. Elle n’est pas restée suffisamment longtemps pour pouvoir le trouver, en tout cas. Elle était guérisseuse et l’état de son meilleur ami ne pouvait pas être sa priorité même si d’une certaine manière elle l’avait été. Puis, après des recherches sans résultats, elle avait dû rejoindre Saint-Mangouste après cette blague douteuse qu’avait faite les mangemorts. Elle s’était demandé si, une fois qu’elle aurait fini sa journée, qu’elle aurait guéri un maximum de blessés, on lui annoncerait la mort de Cian. Elle ne sait pas comment elle y réagirait. Si elle aurait pleuré ou crié pendant plusieurs heures ou si elle serait restée silencieuse comme s’il n’y avait plus rien à faire ou à dire sans lui. Elle ne saura pas aujourd’hui comment elle agira le jour où Cian disparaitra. Il est là, bien vivant, sans doute pas souriant et  plein de joie - mais qui le serait après cette pagaille? -  mais en vie et c’est, pour l’instant, le plus important aux yeux de Myra. Elle s’est tellement inquiétée, elle a senti ses membres trembler face à une vision de Cian mort. Et cette peur qui lui tordait le ventre a disparu au moment même où elle a vu le sourire de Cian, si rapidement. Puis, Cian lui dit qu’il était à Gringotts, pour aider. Evidemment. Elle aurait dû mieux chercher, rester plus longtemps à Gringotts, ne pas quitter la banque des sorciers tant qu’elle n’aurait pas trouvé son meilleur ami. Sauf que si elle avait fait ça, elle ne serait pas digne de sa profession, vraiment pas digne. Elle devait guérir un maximum de blessés et si elle avait pris plus de temps à chercher Cian, ça aurait fait du temps en moins pour guérir les blessée. Il fallait faire des choix, elle avait fait le choix de ne pas être égoïste, de s’occuper de plusieurs vies et pas d’une seule. « Tu vas bien ? Tu t'es pas blessée ? » Un sourire passe sur les lèvres de Myra, assez rapidement. C’est à croire que Cian s’est autant inquiété pour elle que elle pour lui. C’est rassurant de savoir que l’on s’inquiète pour quelqu’un qui s’inquiète aussi pour nous. « Je crois que ça va. J’imagine que quelques doloris ont dû m’effleurer. Mais tu sais, nous les membres de l’Ordre, si on n’a pas un peu d’adrénaline, on s’ennuie rapidement » Que disent les moldus déjà? Il vaut mieux en rire qu’en pleurer? Et, pourtant, il n’y a pas de quoi rire, les mangemorts ont fait des dégâts comme ils ont si souvent l’habitude d’en faire. Myra espère simplement qu’ils n’ont semé aucun mort sur leur passage, comme ils aiment bien le faire. « non » Elle veut qu’il lui parle de Dyan, même s’il ne l’a pas reconnu sous l’un des masques. Elle ne tient pas à lui demander de lui dire ce qu’elle attend qu’il lui dise mais si elle n’a pas d’autres choix pour le faire parler, elle le fera. « Je l'ai vue. » Espoir. L’espoir que ce soit Dyan qu’il ait vue, qu’il parle enfin de ce sujet, de si Cian a prévu de faire quelque chose, quelque chose de mal ou de bien avisé par rapport à son ex-femme. A moins qu’il ne parle pas d’elle, à moins qu’il fuit le sujet, à moins qu’il parle de quelqu’un d’autres. Mais de qui pourrait-il s’agir d’autres? « J'ai vu Dyan. » Il y sont. A Dyan. Myra attend qu’il lui en parle, qu’il lui parle de quand elle est venue à Saint-Mangouste, de ce qu’ils se sont dit, de la raison qui a poussée Dyan à se rendre sur le lieu de travail de son ex-mari. « Elle n'était pas masquée. » Myra ne souffle pas et ne montre pas sa déception mais il est évident que, pour le coup, son esprit n’a pas suivi celui de Cian. Maintenant qu’elle a l’esprit plus clair - que quand elle imaginait le corp inerte de Cian - elle se rappelle avoir aperçu le visage de Dyan qui est devenue mangemorte. Comme on peut l’imaginer, Myra ne s’est pas trop approchée d’elle, même pas pour l’attaquer bien que ça n‘aurait été rien de choquant, au vu des deux camps opposés auxquels elles appartiennent. Elle déteste Dyan, pour ce qu’elle a fait, pour avoir blessé Cian, pour avoir couché ave Edern mais elle ne tient pas à la blesser, elle se sent trop proche de beaucoup d’éléments qui la concernent pour pouvoir la confronter avec une baguette. Elle n’est pas le genre de personne qui ne s’inquiète pas de faire du mal, qui ne s’inquiète pas de tuer tant que ce sont ses ennemis qu’elle tue. Ce n’est pas comme ça qu’elle fonctionne. Et la haine qu’elle ressent pour Dyan pourrait la pousser à la tuer dans une confrontation magique - si elle ne se contrôle pas -  et elle ne désire pas aller jusqu’à là. « Elle lançait des sorts, elle attaquait. » Il déglutit. Elle le voit dans son regard. Myra aimerait pouvoir le consoler, lui dire qu’il devait se tromper, que ce n’était pas Dyan mais elle savait tout autant que lui qu’il ne se trompait pas, que Dyan est passée de l’autre côté. « C’est son choix. » Elle est une Zabini, ça devait surement arriver à un moment où à un autre. Sauf que c’est arrivé maintenant, à l’un des pires moments dans la vie de Cian alors Myra comprend qu’il se pose de questions. Elle s’en poserait aussi si elle était à sa place. Mais elle n’y est et bien contente de ne pas y être, d’ailleurs. « Elle ne voulait pas être mangemort, avant. » Peut-être qu’elle y  a toujours pensé, que Cian a été un rempart devant son adhésion aux mangemorts et l’honneur de sa famille et elle s’en est débarrassée en couchant avec  Edern. C’est répugnant! Elle n’a pas le droit de lui faire ça, de lui infliger cette douleur et pourtant elle le fait. Peut-être que Myra devrait la tuer finalement. « Tu crois qu'elle a toujours voulu être mangemort ? » Elle ne peut pas lui répondre oui, elle ne peut pas lui réponse non. La réponse aurait trop de conséquences et Myra ne la connait pas. « Non, tu n'as pas besoin de répondre à ça. » Elle n’a pas besoin de répondre à ça. Mais Cian? En a-t-il besoin? Est-ce que la réponse à cette question est primordiale pour lui? Est-ce qu’il a besoin de savoir tout ce qui est passé à travers l’esprit de Dyan durant ces dix ans d’amour. « Ce n’est pas ta faute, Cian. » C’est tout ce qu’elle peut affirmer sans douter de se tromper. Cian n’y peut rien, il n’a rien fait qui puisse faire de lui un responsable. Pour Dyan, elle n’en sait rien. Elle ne l’a jamais détesté, pas avant, elles n’étaient pas particulièrement amies mais il n’y avait pas de haine entre la meilleure amie de Cian et son épouse. « Tu as des nouvelles d'Evander ? Il n'était pas sur les lieux, il va bien ? » Elle lève les yeux aux ciel. Pas ça. Si ce n’était pas Cian, elle le giflerait. Elle déteste sa tentative de fuite, son refus de lui parler, elle a le droit de savoir ce qu’il se passe, ce qu’il pense, ce qu’il veut. Mais elle répond quand même parce que c’est Cian « Il va bien. » Elle ne va pas plus loin, elle ne lui dit pas qu’il était prévu qu’Evander reste chez eux - ne faisant pas partie de l’Ordre et ses parents étant mangemorts mais, lui, ne souhaitant pas le devenir - et puis qu’il était tout de même venu plus tard car il s’inquiétait pour Myra. Elle ne veut pas se lancer dans un récit de bonheur qui lui fera perdre l’objectif visé. Cian et Dyan. « Tu te rends compte que ta tentative de fuite de sujet est grillé, très facilement. » Elle sourit, de son sourire de meilleure amie, de celle qui s’inquiètera toujours pour Cian même quand ça semble aller pour le mieux - mais ce n’est pas le cas en ces derniers temps - dans le meilleur des mondes. « Si tu ne veux pas me parler de Dyan parce que ça te met à l’aise ou parce que tu n’as juste pas envie de m’en parler, je préfère que tu me le dises, Cian que plutôt que tu essaies une tentative de fuite. Pas de ça entre nous. » Peut-être trop directe la Londubat mais elle n’aime pas les mensonges, pas avec Cian. Elle préférerait presque qu’il ne lui dise de rien. Sauf qu’elle a quand même envie qu’il lui parle, qu’il lui fasse confiance, qu’il se confie à elle. S’il ne se confie pas à elle, il ne se confiera à personne et restera enfermé dans ses idées noires. « Mais je pense que tu as besoin de parler, je pense que ce n’est pas bon de garder tout ça, tout ce que tu ressens pour toi,  je pense que tu dois te confier à quelqu’un en qui tu as confiance. » Elle pense que c’est elle, elle espère que c’est elle, ce quelqu’un en qui il a confiance et avec qui il peut se confier. Ou peut-être qu’elle se trompe complètement, qu’il n’a pas envie de lui en parler et qu’il ne le fera pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: safe and sound? (Cian & Myra)   

Revenir en haut Aller en bas
 

safe and sound? (Cian & Myra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Yong Tae Sun ღ Safe and Sound
» Safe and sound [Abandonné]
» You and I’ll be safe and sound ◮ Bevy
» Aerith Harper • You and I'll be Safe and Sound •
» De l'aide pour Myra {PV Espoir}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RISE AND FALL :: no place like london :: l’hôpital ste-mangouste :: les étages-