Pour obtenir une capacité spéciale / un don,
vous devez en faire la demande avant d'écrire votre fiche ici.
N'hésitez pas à voter toutes les 2 heures !

Partagez | 
 

 edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.    Jeu 31 Juil - 19:50


all your monsters in the night they come to life
londubat and greengrass.







bar glauque  ⊹ tu observes la fenêtre, d'un air lointain. tu ne souris pas, tu attends. jolie cordélia, tu ne fais plus que ça. tu attends qu'il cesse de pleuvoir, tu attends que le voile sombre tombe sur londres pour aller te promener, boire un verre peut-être, décompresser ici et là. tu attends ta prochaine mission, tu attends les prochains cris, tu attends la prochaine guerre, tu attends les prochains morts. tu jettes un regard las sur ta main, l'horloge à même ta peau, tatouée d'un noir ébène. les aiguilles tournent, ne s'arrêtent jamais. tu en as marre, toi, d'observer le temps qui file entre tes doigts comme du sable. tu voudrais juste t'arrêter de courir, un instant. plus de mission, surtout, tu hais cette marque sur ta peau blanche, là, sur ton avant bras. tu n'en peux plus, toi, de l'avoir sous le nez. tu soupires, fatiguée. tu passes une main sur ton visage avant de te redresser. tu enfiles ta robe blanche aux manches longues, avec par-dessus ta veste en cuir noir. ta robe est courte, trop courte sans doute. typiquement moldu, aussi, mais tu t'en fiches. il y a longtemps que ta mère a cessé de te sermonner pour ça. tu t'avances vers la porte, tu t'échappes de ce manoir dans lequel respirer est devenu trop compliqué. jolie cordélia qui n'était sourire qu'au levé du soleil, puis qui s'est dégradée, année en année, laissant place aux ténèbres. tu as vu, toi, dans le miroir du salon, à quel point tout avait changé. tu as vu la déchéance dans tes yeux ambrés. cette âme, à damner. et tu observes, d'un oeil incertain, la glace face à toi. tu te rappelles, quelques années plus tôt, la même place, les cheveux coiffés, l'air innocent. un doux sourire sur tes lèvres colorées d'un joli rosé, tes joues légèrement poudrées par ta mère. tu étais heureuse, ce jour-là, tu t'en souviens. douce douleur qui t'atteint en plein coeur. tu n'aurais pas dû être si joyeuse. tout ça est devenu catastrophique. tu t'es assise sur ce tabouret et le monde a cessé de tourner. tu aurais aimé recracher cette maison, enlever ta patience, ta loyauté, ton foutu honneur et ton dévouement. connerie sur connerie. tu aurais aimé t'asseoir aujourd'hui sur le tabouret et écouter la voix grisante du choixpeau hurler serpentard. juste une fois. pour le plaisir. pour qu'on te rappelle que tu as gagné. serpent parmi les blaireaux. tu détournes le regard du miroir et enfile tes bottes sombres. tu vas marcher, quelques heures peut-être, pour décompresser. tu fais ça, souvent, avant les missions. pour t'oublier, t'abandonner à la nuit qui menace de s'effondrer sur toi. et à tes pieds, tu observes la valse des étoiles. tellement proche et inaccessible, qui se reflète dans une flaque d'eau de pluie. tu sens le poids des minutes qui reprennent leur droit sur ta peau. deux minutes à rester stoïque face au jardin du manoir, trempée. tu marmonnes un sort pour sécher tes vêtements, tu te retrouves doublement trempée, un sort qui n'a pas marché. foutue baguette. d'un geste incertain, cette fois, tu transplanes vers londres. tu as besoin d'une bouteille, deux bouteilles peut-être. de copuler, aussi, avec n'importe qui. pour ne pas te rappeler du lendemain, de l'après. et ça te ronge, l'attente, l'attente du nom, un autre patronyme sur la liste des morts par ta faute, un nom dans ton fléau. tu sens la désagréable impression d'être tirée par le nombril et dans un ploc discret, tu disparais.

t'en as marre de fulminer dans ton coin, le regard lointain. alors, faite comme un rat dans ta propre tête, tu soupires et tu avances plus vite. même ta conscience trouve le moyen de te laisser tomber. dans ta tête, c'est le vide. le vide qui te fascine et qui t'effraie. le vide de tout, le vide puisque tu n'as personne à qui t'accrocher. marley, moïra, elles sont grandes maintenant. grandes. comme toi. tu te souviens, t'étais pas plus haute que trois pommes, adoratrice de troll, tu en dessinais sur les murs de la chambre de marley. et mécontente, ta mère les modifiait, ajoutait des robes, prétextant qu'un troll, ce n'est pas convenable pour une lady. tu t'en fichais. et dans la nuit, tu te mettais à sourire en imaginant tes dessins tels quels. tu n'étais pas très douée, mais un peu de vert, et tout te semblait impeccable. ça te manque, tout ça, cette insouciance. ça te manque. sordide euphémisme pour appeler la boule qui s'est formée dans ton estomac, toujours plus lourde à chaque pas, nostalgie nostalgie. lasse, lasse et fatiguée d'une vie que tu trouves inutile.
tu ouvres la porte avec fracas, sans aucune douceur. le patron ne tourne pas la tête, il a aperçu tes cheveux, il sait. toi, ô grande cordélia, petite habituée de ce bar délabré. des box privés, insonorisés. l'endroit parfait pour parler affaires, discrètement. pour hurler, quand on a besoin de lâcher les vannes, de péter un câble pour rien et n'importe quoi. toi, tu adores cet endroit. t'y passes la plupart de tes soirées, quand t'as rien à faire, personne avec qui t'amuser. tu t'avances de ton pas léger sur le carrelage frais, tu observes les regards lubriques qui fondent sur tes jambes dénudées, sur tes hanches, quelques uns sur ta poitrine pour ceux qui osent ensore. et tu souris. demi-sourire de petite garce, qui leur murmure tout haut ce qu'ils pensent tout bas : ils ne sont pas assez bien pour toi, jolie princesse cordélia. jamais. y'a de l'espoir au fond de leurs pupilles. tu l'arraches, le piétines, tu jettes leurs pathtéiques espérances dans le feu de ta rage et tu attends. tu attends de voir leur visage gras et laid se décomposer. tu leur fais oublier ce à qui ils pensaient, et tu continues ton chemin, les glaçant du gouffre qui te sert de regard. et là, tes yeux basculent sur lui. tu hausses un sourcil, clairement amusée de le trouver dans un tel lieu. puis l'amusement laisse place à l'agacement et tu reprends ton sourire méprisant, le regard froid, les gestes rapides. tu t’assoies un box  plus loin, tu sais qu'il t'a vu, ça ne fait aucun doute. tant pis. tu observes le serveur. il devrait porter des lunettes, ça lui irait bien. tu ne dis rien. tu observes sa barbe grisâtre et tu as la subite envie de grimacer face à si peu de tenue. mais tu le connais, le serveur, alors tu hausses les épaules. tu regardes un instant l'homme qui baisse les yeux. « une bouteille de jus de citrouilles. avec un supplément, sirop d'agrumes. » tu ne dis pas s'il vous plaît, merci, ce n'est pas ton genre. tu te contentes d'observer le serveur qui s'en va puis l'autre qui s'installe face à toi, avec son sourire de dragueur. imbécile. plutôt mignon, mais imbécile. tu te contentes de l'observer, calmement, en attendant qu'il parle. sauf qu'il ne le fait pas. excédée et à court de patience pour ce soir, tu balayes le silence d'un geste de la main et te penches légèrement sur la table pour planter dans le regard dans le sien, bleu océan. bleu vague. il t'emporte, un instant. tu te souviens pourquoi tu le regardais, comme ça, longtemps, avant. t'aimais bien ça. puis tu te souviens que tu ne veux plus le voir. ton visage reste impassible, longtemps, avant que tu n'entrouvres tes lèvres roses. « londubat, tu t'es perdu ? » ta question n'a rien d'intéressé. tu murmures, acide. tu n'as pas envie de le voir. ce soir, tu n'es pas blaireau, aucune patience et le zeste de gentillesse qu'il t'a connu n'est pas là, désolée, pouffy est au placard. ce soir, tu es serpent et s'il ne dégage pas, tu ne donnes pas cher de sa peau, à cet idiot.  



Revenir en haut Aller en bas
neutral


avatar

› inscription : 28/07/2014
› hiboux postés : 229


MessageSujet: Re: edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.    Ven 1 Aoû - 10:13




GREENGRASS & LONDUBAT + all your monsters in the night they come to life


oh, the places you'll go, there is fun to be done ! there are points to be scored, there are games to be won. i'm afraid that some times, you'll play lonely games too. games you can't win, 'cause you'll play against you.
Une énième dispute entre le jeune Edern et sa mère et ce parce que le garçon ne voulait pas trouver une fiancée et lui faire quelques petits bambins. Ce n'était pas trop de sa faute si le garçon n'était pas partant pour être un petit papa, et déjà, il pensait faire un piètre père. Vous l'imaginez être papa ? Lui, Edern Londubat. Trop instable pour l'être. Déjà même le tireur d'élite de baguette magique se demandait pourquoi il discutait encore avec sa mère, les discussions se portaient absolument sur la descendance d'Edern maintenant. Et son père, quant à lui, lui demandait quand est ce qu'il serait prêt à rejoindre l'Ordre du Phénix. Là encore, il était bloqué et il avait tellement peur de décevoir son paternel. Comment allait-il réagir en sachant que son propre fils avait pratiquement les mêmes opinions qu'un mangemort ? Du moins, sur la valeur du sang. Comment réagir face au né-moldu et moldu ? Il s'en fichait royalement. Pas son problème, laissez le glander. Parfois, Edern se demandait pourquoi il n'était pas le fils modèle ? Le fils sans problème, genre comme ce James Potter. Ce mec qui ne faisait que suivre les règles et être le parfait fils pour ce monsieur Harry Potter. D'ailleurs, le sorcier ne devait pas oublier de le contacte. Il fallait que les deux se voient afin que James aide Edern dans une tâche assez dure. En tout cas, ça allait être mission impossible étant donné leur relation que plus conflictuelle.

Bref, il embrassa sa mère et son père, les laissant miroiter sur ce qu'ils avaient rater dans l'éducation de leur fils. Edern, quant à lui, décida de se diriger vers le chemin de traverse, il avait des choses à faire et des affaires à régler avec quelques personnes. Pourtant, en marchant, il put voir au loin un visage familier. Trop familier, même. Pourtant, le garçon décidait de suivre cette personne tout en pensant à la relation qu'il entretenait avec celle-ci. Cordélia Greengrass. Cette fille avec qu'il était sorti à l'époque de Poudlard, une bonne relation malgré les nombreuses disputes. Edern avait été attiré par cette fille au premier regard, mais en quittant Poudlard, tout deux avaient rompu sans vraiment de raison apparente. Et depuis, ils s'ignoraient. Non, elle l'ignorait. Cette fois ci, ça n'allait pas être le cas. La Greengrass rentrait dans un bar assez glauque, mais Edern s'en fichait et pénétrait dans le bâtiment. Les sorciers, généralement habillés de leur cape de sorcier, regardait le Londubat. Pour eux, Edern n'était qu'un étranger et n'avait surement rien à faire là, mais qu'allaient-ils faire ? Edern savait se défendre. Le jeune tireur d'élite se posait à la table où Cordélia était, mais ne prit pas la parole. Ils se regardèrent dans les yeux, longuement. Sans parler. C'est elle qui brise le silence, lançant une pique au jeune homme. Elle avait l'air énervé alors que Edern était détendu, c'était rare de le voir énervé de toute manière. « Pour être honnête, je t'ai suivi. », déclara-t-il. Le serveur arrivait et déposait la bouteille de jus de citrouille et de sirop d'agrumes sur la petite table ronde. Il y posait un verre, avant que Edern lui fasse à un signe. Il déposait un autre verre. « Alors, Greengrass. On squatte les coins malfamés ? », demanda-t-il avec le même ton que la jeune femme avait pris. Désintéressé et froid.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.    Ven 1 Aoû - 15:42


all your monsters in the night they come to life
londubat and greengrass.







bar glauque  ⊹ tu l'observes s'asseoir en face de toi, là, brisant tout tes espoirs pour qu'il s'en aille, disparaisse de ta vie. lui, l'indésirable. londubat. un instant, tu te demandes comment tu as pu rester avec lui autant de temps sans jamais verser un peu d'arsenic moldu dans son verre. puis tu balaies cette pensée parce que tu n'as pas envie de commettre un meurtre ce soir, peut-être demain. oui, demain sera un jour idéal. ta mère te disait que demain était le pays parfait, là ou il y a tant de soleil que même la nuit, fermer les yeux et cauchemarder est impossible. demain est un pays paisible pour la magie n'est pas blanche ou noire, mais grise, et que ce sont ce qu'on en fait qui détermine qui nous sommes, pas ce qu'on nous demande de faire. demain est couleur, bonheur, il n'y a pas de place pour les épouvantards. tu l'écoutais, accrochée à ses lèvres comme un noyé à une bouée. tu l'écoutais et tu imaginais demain, demain le pays et non le jour d'après. demain avait un sens tout nouveau et tu observait les étoiles, les milles soleils. ça te faisait sourire. ces moments avec ta mère te manque, puisqu'ils signifiaient innocence.  « pour être honnête, je t'ai suivi. » tu ne lèves pas les yeux au ciel même si tu as la subite envie de te lever et de l'assommer sur place. patience, tu penses, patience est ton mot d'ordre. tu dois au moins ça à tes sept années à poudlard. « le lionceau est honnête, tu m'en vois ravie. » tu annonces, irritée. ta voix est posée, calme, elle ne trahie pas l'énervement qui monte en toi comme une flèche. ô combien jolie cordélia, tu as toujours eu un don pour cacher, effacer, mentir, manipuler. tu as toujours été maîtresse des apparences, celle derrière et devant le rideau rouge, tirant les ficelles tout en mimant la marionnette. ô grande greengrass, tu as toujours aimer manipuler, susurrer à l'oreille de la victime qui ne se doute pas que tu seras, tout en étant l'héros, le bourreau. triste monde dans lequel ou tu vis, là ou personne ne se méfie du mal qui sommeille, en toi, dans ta poitrine, qui frappe ta cage thoracique et qui menace de partir, de te laisser. tu ne veux pas, toi, que le mal s'échappe. épouvantard. tu te souviens, de toi, de toi et du mal, du mal qui t'enrobait. du sang sur ta peau. tu as honte, honte de devenir une telle personne, mais tu es fière, fière de voir la peur dans le regard des gens, fière parce que les gens ne veulent pas être contre toi. redoutable. dangereuse. cinglée. ça t'amuse. tu regardes le serveur qui pose une bouteille et un verre. il adresse un regard à londubat, s'apprête à poser un second verre avant de te demander ton accord d'un sourire légèrement amusé. tu lèves les yeux au ciel mais acquiesces d'un geste de la tête. puis d'un sortilège informulé, tu t'es entraînée pour durant de nombreuses heures, tu regardes la bouteille verser le liquide dans ton verre, puis tu l'observes se reposer à sa place. sans un mot, tu attrapes ton verre et en bois une gorgée, longue gorgée avant de reposer le petit récipient. « alors, greengrass. on squatte les coins malfamés ? » tu poses ton menton sur tes mains liées, maintenues en hauteur par tes coudes. tu l'observes, longtemps, pour chercher ô combien il a changé et peut-être lui découvrir de nombreux défauts. mais tu ne trouves rien. rien du tout. et ça t'agace. tu n'aimes pas son ton froid, vague imitation du ton hautain et princier que tu revendiques comme tiens. tu hausses un sourcil à sa question. il te suit dans la rue et c'est à toi qu'il fait des reproches ? londubat a un sérieux problème psychologique, t'en es persuadée. « tout à fait. et un gentil londubat ne devrait pas traîner par ici. il va falloir te faire une raison, tu n'es pas le bienvenu, chéri. » le dernier mot, tu le craches plus que tu ne le murmures, avec dégoût. tu l'observes et prends finalement une autre gorgée de sa boisson. tu sais qu'il suffirait de sortir du box et de dire londubat pour que la moitié des clients lui sautent dessus. tu le sais mais tu ne dis rien. tu l'as apprécié, fut un temps, malgré tout. alors tu ne le vendras pas ainsi à des charognards comme vitani, qui t'observe, de loin. tu lui adresses un regard réfrigérant, il tourne les yeux, déçu. tu reposes finalement toute ton attention sur ton compagnon d'infortune, lui demandant silencieusement ce qu'il veut.  



Revenir en haut Aller en bas
neutral


avatar

› inscription : 28/07/2014
› hiboux postés : 229


MessageSujet: Re: edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.    Sam 2 Aoû - 9:48




GREENGRASS & LONDUBAT + all your monsters in the night they come to life


oh, the places you'll go, there is fun to be done ! there are points to be scored, there are games to be won. i'm afraid that some times, you'll play lonely games too. games you can't win, 'cause you'll play against you.
Edern devait fatiguer la sorcière, elle n'avait certainement pas une très grande envie de voir le Londubat. Pourtant, le garçon n'avait jamais rien fait de mal ou de déplacé avec la Greengrass. Au contraire, il avait été adorable avec elle. Enfin dans leur relation, il l'avait été. Pas de tendresse, pas réellement d'amour. Cependant, il y avait ce petit quelque chose entre eux qui les rapprochait et les unissait. Les autres élèves n'avaient pas cru en leur relation, le couple n'y avait pas prêté fort intérêt. Bref, c'était le passé et désormais l'ex-couple ne se parlait plus vraiment. Voir plus du tout. La raison ? Edern ne le savait pas. Ils avaient mis fin à leur relation après que le sorcier ait fini sa scolarité à l'école de sorcellerie, Pourdlard et Edern avait pensé qu'ils auraient garder un peu contact. La blague du siècle, plus de nouvelles de la jolie brune. L'ancien auror n'avait pas trop compris, mais il n'avait jamais cherché le pourquoi jusqu'à maintenant. Ils étaient face à face dans un bar plus que glauque et délabré, mais peu lui importait. Son regard balaya la pièce, quelques personnes pas très recommandables étaient présentes mais le tireur d'élite s'en fichait. Certains devaient être affichés dans les locaux des Aurors, mais il ne l'était plus du tout. Cordélia, grâce à un sort informulé, se servit du jus de citrouille toujours en oubliant Edern, qui à son tour se servait un petit verre. L'anglais n'avait pas réellement soif, mais il s'était servi pour la forme. Ce dernier avait lâché une petite remarque à la sorcière, et elle avait répondu à cela. Edern ricanait légèrement avant de siroter son verre, il n'avait aucunement peur des bonhommes du bar. Et cela, la sorcière devait bien le savoir pourtant. « Greengrass, Greengrass... Tu sais très bien comme je suis. Et je suis loin d'être le parfait fils à son papa. », déclara-t-il alors qu'il sortit sa baguette pour la poser délicatement sur la table ronde. Edern voulait montrer aux personnes du bar qu'il ne plaisantait pas et qu'il était bien capable de lancer quelques sortilèges pour les arrêter. Les regards se posèrent autre part que sur le petit couple. « Donc. On devrait peut-être avoir une petite discussion, n'est ce pas ? », demandait le sorcier. Pas une discussion, des explications surtout. Edern pourtant ne s'attendait pas réellement à une réponse de la part de la Langue de Plomb, il pensait surtout qu'elle allait fuir le sujet. Parce qu'il le savait, Cordélia savait très bien de quoi le garçon voulait parler. Londubat prit son verre avant de commencer à le boire et de jeter un oeil autour de lui, il n'avait pas vraiment regarder la décoration intérieure du bar. Et, finalement, il n'y avait pas grand chose à regarder. Quelques portraits de célèbres mages noirs, et autres. Le papier du mur qui commençait à se détacher. Il fallait penser à rénover ici.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.    Lun 4 Aoû - 16:21


all your monsters in the night they come to life
londubat and greengrass.







bar glauque  ⊹ « greengrass, greengrass... tu sais très bien comme je suis. et je suis loin d'être le parfait fils à son papa. », tu hausses un sourcil. il devrait, pourtant, être le parfait fils à son papa, peut-être n'y aurait-il pas tant de problème à présent. il ne serait pas là, avec toi. tu ne veux pas lui parler mais il ne se retire pas de ton champs de vision. tu l'observes poser sa baguette sur la table, puis tu poses tes yeux ambrés sur les alentours, ils tournent les yeux. ils ne sont pas intimidés, pas du tout à vrai dire. il faut dire qu'edern n'a rien d'effrayant. mais ils savent que tu sais te défendre mieux que quiconque dans ce bar crasseux. et aussi parce que tu ne sembles pas effrayée le moins du monde. juste agacée. ennuyée. énervée. « tu devrais, londubat, ça nous éviterait cette discussion inutile. », tu murmures, la voix lasse et légèrement traînante. tu bois une gorgée, puis une seconde de ton jus de citrouille. tu apprécies l'alcool mais tu n'es pas particulièrement d'humeur à te soûler ce soir. tu préfères garder les idées claires, surtout en compagnie d'edern. il a été une erreur de jeunesse, et tu ne veux en aucun cas qu'il le redevienne. une semaine, une nuit, une heure, tu ne veux plus qu'il fasse parti de ta vie. tu le veux loin, au mieux mort, au pire, tu veux simplement qu'il t'oublie. non pas que sa compagnie soit désagréable mais ... ah, si, il est agaçant, terriblement agaçant et ça te pèse de devoir lui adresser la parole, encore. « donc. on devrait peut-être avoir une petite discussion, n'est ce pas ? » tu secoues la tête de gauche à droit. il n'y a pas d'explication, tu l'évites, tu ne veux plus le voir, c'est tout, c'est simple. poudlard et loin et vous deux, ça l'est encore plus. tu tapotes le bois de la table à l'aide de tes ongles, à un rythme plat, qui se répète encore et encore. « a vrai dire, je n'ai aucune envie d'avoir quoi que ce soit avec toi, londubat. aujourd'hui, t'es inutile, je n'ai pas à te supporter. alors tu vas être mignon et sortir de ma vue. sinon, je m'occuperais personnellement de ton cas, c'est clair ou tu as besoin d'un avant-goût ? » tu demandes, menaçante. tu as posé les paumes de tes mains sur la table et tu t'es redressée vers lui, t'approchant un peu trop, une lueur malsaine dans le regard. ta baguette commence à s'emballer dans la poche de ta veste. Puis tu te rassois tranquillement, l'air de rien, et reprends ton activité là ou tu l'avais laissé : siroter ta boisson, le regard porté sur les alentours. tu sais très bien qu'il ne bougera pas, il est l'un des rares à ne jamais avoir peur de cordélia greengrass. mais tu auras essayé, au moins.  



Revenir en haut Aller en bas
neutral


avatar

› inscription : 28/07/2014
› hiboux postés : 229


MessageSujet: Re: edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.    Lun 4 Aoû - 18:11




GREENGRASS & LONDUBAT + all your monsters in the night they come to life


oh, the places you'll go, there is fun to be done ! there are points to be scored, there are games to be won. i'm afraid that some times, you'll play lonely games too. games you can't win, 'cause you'll play against you.
Edern soupirait alors que Cordélia lançait à nouveau une petite pique au jeune sorcier. Il était loin d'être le parfait fils à son père, et elle le savait plus que très bien aussi. Pourtant, même s'il avait posé sa baguette sur la table, les autres dans le bar ne semblaient pas être plus intimidés que cela. Le physique d'Edern n'était pas effrayant comparé à celui de ces hommes, pour autant il n'en était pas moins faible. Le sorcier montrait des capacités hors norme et il n'était pas tireur d'élite de baguette magique pour rien. En tout cas, il espérait que ces gens ne lui chercheraient pas des noises. Edern parlait sincèrement par la suite, demandant une discussion avec la Greengrass. Elle s'était redressé sur la table, levant le ton. Un petit discours et à la fin, Edern ne put s'empêcher de rigoler à pleine voix. Finalement, il laissa échapper un soupir et répondit calmement, loin d'être énervé ou même impressionné. « Tu me fais rire, Greengrass...  ». Il la regardait se reposer sur son siège et siroter son verre. Edern fit de même, n'enlevant pas son sourire des ses lèvres. Il finissait par dire. « Ecoute, tu me fais pas peur, et ça je pense que tu le sais. Maintenant, une chose, je veux savoir une seule chose. En quoi j'étais plus utile à Poudlard ? Et puis, par Merlin, dès qu'on a rompu, tu m'as plus donné de nouvelles ! », avait-il dit. Edern gardait son calme et de ne pas s'énerver, mais c'était compliqué. Ce dernier n'avait jamais compris le mutisme de Cordélia, et là c'était le moment parfait de tout comprendre. « Et ne me menace pas. », ajoutait-il avec une once de défi dans la voix. Des explications, c'était tout ce que souhaitait le garçon, ce n'était pas sorcier. Une question subsistait dans sa tête, était-il amoureux de cette fille ? Tenait-il à elle ? Edern n'avait pas de réponses, il ne savait pas du tout. Le tireur d'élite était attaché à elle, et il savait bien que si elle avait besoin de lui, il courait pour l'aider. Ou la protéger.


love.disaster



HJ : désolé c'est court e nul  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.    Sam 23 Aoû - 15:30


all your monsters in the night they come to life
londubat and greengrass.







bar glauque  ⊹ tu sais très bien qu'edern, il se fiche bien que tu le menaces. tout ça, toute cette histoire, il ne s'en offusque pas. c'était déjà ainsi à poudlard, quand tu lui disais de se taire. londubat, ferme-la, tu m'agaces. et il se moquait, il riait. les autres le regardaient avec de grands yeux, en murmurant que ce mec avait un problème, qu'il était suicidaire. des fois, tu te retenais de lui en coller une, en bonne et due forme. d'autres, tu te contentais de le planter pour mieux que le retrouver quelques heures plus tard. ça a toujours été comme ça avec londubat. et ça t'agace que plusieurs années plus tard, ça continue. il se moque de ce que tu as dit et tu lèves les yeux au ciel. s'il savait, merlin, s'il savait ce que tu as pu faire !  « tu me fais rire, Greengrass...  » tu hausses un sourcil, en balayant ses paroles d'un geste de la main, agacée. « je sais, je suis hilarante. », tu murmures avec un sourire. puis tu te rassois gentiment à ta place et sirotes tranquillement en espérant qu'il parte. « écoute, tu me fais pas peur, et ça je pense que tu le sais. maintenant, une chose, je veux savoir une seule chose. En quoi j'étais plus utile à Poudlard ? et puis, par merlin, dès qu'on a rompu, tu m'as plus donné de nouvelles ! » tu le fixes alors, interdite. non d'un scroutt à pétard ! tu n'aurais pas pu te la fermer, cordy ? bien sûr que non. il va tomber de haut, il va te haïr, il va s'énerver. et tu as beau dire ce que tu veux, edern, il reste une partie importante de ta vie. et si tu as réussi à vivre tranquillement en sachant qu'il t'avait oublié, y arriveras-tu en sachant qu'il t'en veut ? sans doute. tu poses doucement ton verre et joues ta dernière carte. méchanceté. « ah parce que tu croyais que je suis sortie avec toi simplement pour le bonheur de te voir tous les jours ? je ne crois pas non. », tu lui dis avec un sourire qui sonne tellement faux. les mots t'écorchent les lèvres. mais tu continues. « londubat. tu n'as été qu'un pion de plus pour que je m'en sorte. j'aurais dû te larguer dès ma troisième année, mais ... » tu t'arrêtes. tu évites le : je t'appréciais. je ne voulais pas que ça se finisse. tu ne dis rien pendant un moment, terminant ton verre incertaine du discours qui se poursuit. « j'ai pensé que ce serait plus facile si on cessait de se parler. », murmures-tu. tu n'avais aucune envie de recevoir de ses nouvelles, d'admirer la nouvelle vie qu'il avait pu se forger. non, ça, tu t'en fichais.  



Revenir en haut Aller en bas
neutral


avatar

› inscription : 28/07/2014
› hiboux postés : 229


MessageSujet: Re: edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.    Jeu 28 Aoû - 18:46

Tu ne souris plus, tu n'as plus l'envie de sourire. Cordélia a pris le sourire que tu portais plus tôt dans la soirée. Tu lui demandes alors des explications, tu as envie de savoir, la raison de son mutisme, la déclaration qu'elle vient d'avoir à ton propos. Tu as été blessé dans son mutisme, tu ne l'as jamais montré évidemment, mais au fond de toi, elle t'as fait du mal. Le genre de sentiment que tu as à son égard ? C'est mitigé, tu le sais. Amour, haine, incompréhension surtout. Tu n'arrives plus à la comprendre, tu te demandes si tu l'as déjà compris auparavant. Tu regardes ton verre à moitié rempli, tu décides de le boire d'un coup, tu penses que ce qu'elle va te dire, ça va mieux passer si tu as de l'alcool dans le sens. T'apprends qu'elle s'est servie de toi, ton visage se décompose. Tu ne t'attends pas à ça, tu as toujours pensé compte un minimum pour elle. Finalement, non. Tu la fixes d'un regard interrogateur alors qu'elle ajoute qu'elle pensait que c'était mieux d’arrêter de te parler. Tu rigoles, mais il s'agit plus d'un rire nerveux qu'autre chose. Tu ne veux pas comprendre, mais tu n'as pas le choix. T'as envie qu'elle te dise que c'est une plaisanterie, mais elle ne le fait pas. Rien. Elle ne te regarde même pas. Faire comme si de rien n'était, tu essayes de faire passer ton rire nerveux pour un rire moqueur. Sans savoir si tu as réussi à le faire croire, tu l'espères. « Et, tu crois que tu vas me faire avaler ça ? », dis-tu, alors qu'au fond, t'essayes juste de te rassurer toi-même. « Y'a des choses que tu peux pas me cacher, ou faire semblant. Ton comportement avec moi. Ne mens pas, Cordélia Greengrass », ajoutes-tu. Tu reprends un peu plus de confiance en toi, tu te sens prêt à tout entendre encore. Ta main se pose sur la sienne. « Tu me prends pour un elfe de maison ? Je sais que tu m'as toujours apprécié, si ce n'est plus. », tu continues sur ta lancée de confiance. Tu t'affirmes, tu montres que tu es fort et que tu ne laisserais pas de tels mensonges te détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.    

Revenir en haut Aller en bas
 

edelia ☇ all your monsters in the night they come to life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RISE AND FALL :: hors-jeu :: les archives :: les archives :: les rps archivés-